KaZeo
Fermer
Oldicaces >>
  Créer son blog KaZeo Lundi 20 octobre 2014   Ste Adeline  
Général proust
   
 A propos de moi
 Mon pseudo : Riches
 Me contacter
 En savoir plus sur moi
 
 Mes rubriques
 Général proust
 La guerre
 Tableaux
 Saint-loup
 Charlus
 Lucienne
 Elstir
 Gilberte
 Bréauté
 Albertine
 Norpois
 Oriane
 Argencourt
 Roberte
 Palancy
 Rachel
 Ganançay
 Germaine
 Françoise
 
 Parrainage
Titre de votre futur blog :
 
 
 Sommaire des articles de cette rubrique
   
 Palancy interroge Lucienne (le 11/07/2006 à 06h41)
Car le plus dangereux de tous les recels, c’est celui de la faute elle-même dans l’esprit du coupable.
Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe.

Il est ici question d’une femme… d’une femme et d’un homme plutôt, ou même de plusieurs hommes, de plusieurs femmes, de ce qu’il se disent , de ce que cela veut dire, de la façon dont ils se cherchent, se trouvent, se fuient, s’ignorent, s’aiment, se haïssent… De ces recels dangereux qui les lient et les opposent, de ces fautes qui les rendent coupables les uns vis à vis des autres… De la vie et de ce qu’elle a d’attendu et d’inattendu… De quoi d’autre pourrait-il bien être question, s’il est ici question de littérature?

La façon d’agir la plus sensée aurait été de se tenir assez loin d’eux, s’éloigner de leur capacité de nuisance en prenant assez d’altitude pour les observer de loin et franchir l’obstacle dans des spirales ascendantes aussi longues et lentes que nécessaires, se contenter de capter leurs paroles aux travers d’instruments sans intelligence: — Je suis désolée que vous soyez au courant de cette triste histoire, murmure Lucienne. —Ne soyez pas stupide! Comment aurais-je pu ne pas l’entendre? — Puis-je vous demander ce que vous comptez faire? — Occupez-vous plutôt de vous-même… — Vous ne pourrez jamais suivre totalement nos pas, ni ceux d’aucun des nôtres!

Dehors l’air est lourd, humide, c’est un triste début de nuit, la pièce du foyer est étonnamment conformiste dans son luxe conventionnel. La lune s’est maintenant installée dans le ciel comme un quartier de citron un peu jaune. Les fenêtres noires contre lesquelles les convives viennent buter comme des mouches, sont des trous, des barrières qui ferment et creusent le mur droit du foyer.

La passion ronge les visages: — Que pouvez-vous savoir de l’amour? Qu’est-ce que l’amour… et la mort et la passion et… la vie? Et que dire de Saint-Loup? Que penser de vous et de moi? — Etes-vous sûre de ne pas me détester pour tout cela?

Lucienne ne répond pas à Palancy.

Il y a toujours un vainqueur.
[ Ajouter un commentaire | 1 commentaire(s) | Imprimer | Permalien ]
 Mises à jour
- La Disparition du Général Proust fait parl... News Le 01/03/2006
- Françoise réclame de la solidarité Articles Le 26/09/2006
- La vie sexuelle de Marc Hodges Liens Le 16/07/2006
 
 
 Horloge
 
 Rechercher
 
 
 Statistiques
 1 connecté(s)
 145466 visiteurs
 Depuis le 28/08/2005
 
Créer un blog gratuit avec KaZeo | Créer un site | RSS articles RSS articles